AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
 

 Sur la route

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Sur la route Lun 3 Sep 2012 - 23:39

L’Intendant du personnel de la Famille Chu détaché auprès de Dame Song, responsable de la solution harmonieuse des soucis et détails matériels et physiques est très préoccupé. Organiser un voyage de plusieurs jours et s’assurer du confort de la Dame Song demande une rigueur et une méthode qu’il n’a pas appris lors des études littéraires qui autorisent le titre de fonctionnaire que ce soit au service de l’Empereur (qu’il vive dix mille ans de félicité glorieuse), ou de celui d’une des grandes familles qui dirigent chacune des provinces de l’Empire.

Autour du palanquin de Dame Song, il faut prévoir le palanquin de la première suivante, l’honorable Kusi Mae. Marcherons à pied : trois dames pour le lever, cinq pour les repas, deux cuisiniers, quatre commis, trois lingères, un prieur, deux musiciens… Le médecin voyagera aussi en palanquin. Pour chaque palanquin, il y a six porteurs que l’on remplace tous les quatre heures, plus quelques remplaçants soit environ quarante cinq porteurs. Il faut en prévoir trois fois autant pour porter tous les bagages de Dame Song, des suivantes, des dames de parages, les présents. Il faut prévoir trois chariots pour la cuisine. Il y a un chariot rapide au cas où Dame Song en aurait le souhait. Il y a les chariots pour les armes, il y a trente gardes à pieds et une douzaine à cheval. Il faut un forgeron et son apprenti dans un chariot-forge, les charriots avec les armes et équipements martiaux ...

Il est heureux que Dame Song ait choisi de voyager léger et qu’elle ait renoncé aux deux tiers du personnel dont elle a besoin habituellement, de ses précepteurs, de plusieurs médecins, d’un chirurgien, d’un poète, de sculpteurs, de peintres, beaucoup de musiciens, des danseuses…
Cependant cette troupe, même réduite au strict minimum représente tout de même environ trois cent personnes. Il a fallu à l’intendant responsable de la solution harmonieuse des soucis et détails organiser les étapes, planifier l’itinéraire, s’assurer de l’état des routes, de la présence de gués et autres détails.

Enfin, tout est prêt.

Et il pleut depuis le premier quart d’heure du voyage. Il pleut sans discontinuer depuis Du Huy. Il a plu dans la forêt marécageuse. Il pleut encore maintenant que la route serpente sur les versants de la montagne…

Quelle malchance !
Chu Song
La Fleur de GivreavatarNombre de messages : 54
Âge : le personnage a 26 a
Sexe : le personn
Karma : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Sam 8 Sep 2012 - 13:13

La merveilleuse aventure que Ling s'attendait à vivre prenait déjà des allures de calvaire. Évidemment, les deux premiers jours avaient été les plus agréables : il avait fallu quitter le temple et rejoindre Jiao Mu pour s'y équiper et s'approvisionner. Ling aimait beaucoup la ville perchée dans les arbres, mais n'avait jamais eu l'occasion d'y passer plus de quelques heures auparavant. Elle avait donc pris beaucoup de plaisir à se promener de branches en branches, à la fois à l'aise et en retrait dans la foule des voyageurs en pleine étape. Elle avait ressenti une certaine excitation à savoir que, dès l'aube du lendemain, elle aussi prendrait la route, direction : le village de Zhuang !

Au fil de ses pérégrinations à travers la ville, elle avait fini par retrouver Feng, une soeur qui avait quitté le temple prématurément et sans crier gare. Après un rapide échange entre Bai Wukong et Cong, le petit groupe avait décidé de faire la route ensemble dès le lendemain.

La pluie avait à peine entamé leur enthousiasme, et le premier jour de marche s'était somme toute bien passé. La première nuit, en revanche, avait été un peu rude pour Ling, pas habituée à camper sur un sol humide. Elle s'était réveillée frissonnante et pleine de courbatures. Le petit groupe avait continué son chemin, peut-être un peu plus lentement que la veille.

Peu à peu, Ling s'était habituée à croiser sur la route du Sud toutes sortes de voyageurs, pour la plupart à pied et en petit groupes, pour d'autres à cheval ou en charrette. On n'hésitait pas à voyager seul sur cette route bien entretenue et surveillée.

Mais quelle ne fut pas sa surprise quand la jeune fille aperçut au loin un convoi d'au moins trois cent personnes, cavaliers, chariots et palanquins compris. Elle n'eut même pas besoin de se tourner vers Bai Wukong pour que celui-ci propose :

"Et si on avançait un peu plus vite ? Ça doit être quelqu'un d'important, pour voyager aussi bien accompagné..."

Ling, fasciné par un tel apparat, avait déjà pressé le pas, et avançait, un grand sourire aux lèvres.
Ling la Vive
Malicieuse silencieuseavatarNombre de messages : 91
Âge : 22
Sexe : Féminin
Karma : 82
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Lun 10 Sep 2012 - 16:10

Song avait insisté pour que son train s’arrête le moins souvent possible. Alors le palanquin ne faisait halte qu’une fois par jour pour changer les porteurs.
A l’heure du repas par exemple, les dames chargées du repas doivent courir entre la cuisine roulante et les palanquins.
Leur demande pour que la cuisine roulante soit un peu en avant des palanquins à servir a été refusée par la Première Suivante avec une expression de dégout offensé : « Souhaitez que des odeurs de cuisines puissent incommoder notre Maîtresse ? » Et quand, il y a trois jours la troisième dame des repas est tombée après avoir glissé dans la boue, elles se sont toutes les cinq fait sermonner au sujet l’attention qu’il faut porter au service de Dame Song.

Song trouve que les voyages sont longs et ennuyeux. Après le repas, elle a somnolé un peu. La pluie sur le toit du palanquin fait comme une musique monotone qui appelle le sommeil.
Elle est maintenant bien éveillée. Elle pense qu’elle a encore un certain temps à attendre avant qu’il ne soit l’heure du thé.

La pluie, poussée par un fort vent d’ouest vient frapper le côté gauche du véhicule. Elle décide d’ouvrir à moitié le panneau droit. Elle peut observer de loin en loin des paysans qui plantent les pousses pour la première récolte de riz de l’année.
Il y a aussi des voyageurs qui, après s’être écarté, s’incline parfois très bas, pour saluer son passage. D’autres s’inclinent aussi tout en essayant de dépasser le convoi sans tourner le dos aux palanquins et tout en gardant sa dignité.
Quatrième dame suivi d’un commis marche à hauteur du palanquin.

Song songe au courrier qu’elle a fait porter au Seigneur Qishi : « Si j’avais pu connaître plus rapidement les intentions de sa Majesté, ce courrier serait parti plus tôt et j’aurais eu une réponse avant de partir. »
Elle songe alors à l’Empereur et à sa manière de si mal traiter le protocole et d’oublier le rang de chacun : « Il faudra bien que j’arrive à convaincre Sa Majesté que l’étiquette et le protocole sont faits pour le bien de l’Empire et la Grandeur de l’Empereur. »


Chu Song
La Fleur de GivreavatarNombre de messages : 54
Âge : le personnage a 26 a
Sexe : le personn
Karma : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Lun 10 Sep 2012 - 21:10

Yuè avait quitté le temple d'un pas gai et sautillant. L'avenir était radieux et à ce moment là, le soleil aussi. Elle avait arpenté la forêt pendant quelques temps, sous la pluie, sous le beau temps. Une ou deux fois, elle avait songé à quitter les bois pour la plaine, mais Cong lui rappela qu'en pleine lumière, il devenait pratiquement invisible, ce qui était tout de même assez désagréable.
Sous le couvert des arbres, le démon-cheval devenait presque opaque. Il en semblait heureux, car il caracolait comme un poulain.

Un jour de mauvais temps, Yuè et Cong étaient tout deux abrités sous le feuillage plus épais d'un vieil arbre, rencontrèrent à leur grande surprise Ling, une soeur du temple qu'elle avait quitté et son familier, un démon-singe, Bai Wukong.
Ils avaient décidé de poursuivre leur route ensemble.
Vu que le temps était très mauvais, Cong accepta de sortir au grand jour. Il était assez effacé mais restait clairement visible.
Pour d'évidentes questions de voeu de silence, Ling et Yuè ne parlaient pas, mais ne s'ennuyaient pas pour autant. Elles pouvaient communiquer par le biais de leurs familiers, regardaient les autres voyageurs (que de personnes étranges on voyait parfois!) ou même admirer le paysage.
Un matin comme tout les autres, Yuè, comme Ling, aperçurent un grand convoi. Bai Wukong proposa pour la soeur qu'ils s'en rapprochent.
Yuè faillit refuser. Ce n'était qu'un noble comme un autre qui se promenait. Mais elle vit l'air enjoué de Ling et adressa un demi-sourire à Cong. Si ça lui faisait plaisir...

"Allons y!"fit l'étalon de sa voix calme.
Yuè Feng
Éclair d'AcieravatarNombre de messages : 13
Âge : 16 ans
Sexe : Féminin
Karma : 14
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Jeu 13 Sep 2012 - 13:10

Ling dépassait marcheurs, chariots et palanquins, de plus en plus intriguée par ce qu'elle voyait. Elle avait tellement envie d'en savoir plus qu'elle courait presque le long du convoi. Bai Wukong la suivait en renâclant un peu. Quand elle eut pris un peu trop d'avance sur lui, il s'exclama :

"Attends-moi !"

Les têtes se tournèrent vers lui. Si quelques uns s'étaient demandés ce que faisait un singe sur les routes, la plupart avaient simplement pensé que Ling et lui faisaient partie d'une troupe de cirque, et s'était de nouveau concentrés sur leur tâche. Mais son cri les avait tous interloqués : un singe qui parle !

Quelques femmes crièrent d'effroi, les porteurs d'un des palanquins firent une embardée sur le côté, et deux ou trois chevaux s'agitèrent, en réaction au stress ambiant.

Grommelant et pestant contre l'ineptie de cette réaction, "typiquement humain", selon lui, il accéléra pour rejoindre Ling qui observait, un peu plus loin, des servantes apportant le thé au pas de course au palanquin le plus grand et le plus beau, imperméable au raffut qui suivait le démon à la trace.

"Finalement, je ne suis pas sûr d'avoir très envie de côtoyer un tas d'humains idiots et peureux. Il est encore temps de faire demi-tour pour retourner au temple ?"

Ling lui jeta un regard qui voulait tout dire.

"Tu m'agaces." ronchonna le démon.

Ling la Vive
Malicieuse silencieuseavatarNombre de messages : 91
Âge : 22
Sexe : Féminin
Karma : 82
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Lun 17 Sep 2012 - 14:45


Bou est content.

Qui aurait pensé dans le village où il est né que lui, Kong Bou sixième fils d’un paysan pauvre aurait pu connaître une telle prospérité ? Qui aurait pensé qu’il aurait pu quitter les rizières d’altitudes sur les contreforts du mont des Deux-sources pour connaître une telle ascension sociale ? Qui aurait pensé que celui que tous les enfants du hameau appelaient Bouboule par moquerie pour sa tête ronde et toujours rasée pour prévenir les poux serait devenu un fier garde appointé par la famille Chu, au service de la si précieuse Dame Song ?

Certes, ses camarades gardes se moquent de sa maladresse, de sa lenteur, de sa propension à trop manger. Le sergent crie souvent contre ses erreurs. Il n’est pas jusqu’au capitaine à le tancer régulièrement pour qu’il s’active. Mais il est là ! A trois pas sur la droite et en arrière de la grande litière ! Même le poids de sa lance ou la pluie qui tombe depuis tant de jours qu’ils marchent ne diminuent en rien son plaisir et sa fierté.

Il est perdu dans ses rêveries : il se voit bientôt sergent, lieutenant ou même capitaine sur un grand cheval noir. Il a oublié qu’il ne sait pas monter à cheval et que même la mule commune à tous les paysans de son village d’enfant lui faisait peur quand il fallait l’atteler.

Il a oublié aussi qu’il doit être attentif, toujours prêt à défendre la si précieuse Dame Song. Il ne comprend pas vraiment qu'un jeune moine court le long du convoi vers la litière qu'il est censé protéger. Que ce moine - on dirait une fille- est suivi d'un singe dont la première vision provoque en lui la naissance inconsciente d’une bouffée de peur. Encore heureux qu'il n'ait pas compris que le singe parle.
Bou ne se demande même pas, s’il doit faire quelque chose : il ne fait rien.

Bouboule est le plus mauvais des gardes de la si précieuse Dame Song.
Chu Song
La Fleur de GivreavatarNombre de messages : 54
Âge : le personnage a 26 a
Sexe : le personn
Karma : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Lun 17 Sep 2012 - 16:45


Ling était décidément trop surexcité, elle avait prit beaucoup d'avance sur Feng et Cong. En fait, elle en avait même pris sur Bai Wukong.
La jeune femme accéléra le pas. Elle avait décidé qu'elle ne courrait pas. Alors elle ne courait pas. A ses coté, son famillier allait au petit trot noblement, son encolure puissante courbée en un arc noble. Il faisait gris, il était parfaitement visible.
Bleu translucide et brillant, il ne passait pas inaperçu, bien que la plus part des gens étaient plus fascinés qu'effrayés. A un tel point que la plus part des gens ne s’apercevaient pas de la présence de Feng, malgré son air fier et son armure rouge.
L'étalon et la jeune femme avaient presque rattrapés Ling. Bai Wukong s'était bien évidemment mit à râler. Feng le dépassa en lui tirant la langue, ce qui tira un hennissement amusé à Cong.
Ling quand à elle, semblait toujours aussi surexcitée.

*Il va falloire qu'elle se calme, tu ne trouve pas Feng?* déclara l'étalon par télépathie à sa maîtresse.
*Appelle la.*

Cong sembla se racler la gorge, puis déplia son encolure courbée.

"Calme-toi, Ling!"

Il n'avait pas forcé sur sa voix, mais sa profondeur lui avait permis d'être entendu.
Yuè Feng
Éclair d'AcieravatarNombre de messages : 13
Âge : 16 ans
Sexe : Féminin
Karma : 14
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Ven 28 Sep 2012 - 16:07

La calme mais ferme remarque de Cong réussit à ralentir Ling, sans pour autant l'arrêter. Quand Bai Wukong arriva enfin à sa hauteur, elle le submergea de questions par télépathie. Qui voyageait dans ce convoi ? Où allaient-ils ? A quoi servaient tous ces domestiques, gardes et employés ? Qu'est-ce qui sentait si bon, dans les palanquins de devant ?

Avant d'être affublé d'une migraine dûe au harcèlement de la jeune femme, Bai Wukong décida d'aborder le premier venu, un garde aux airs un peu simplets et peu hostiles. Il s'éclaircit la gorge et demanda, du ton le plus courtois qu'il pût au vu des circonstances :

"Salutations, garde. Peux-tu me renseigner quant à l'identité de ton maître ?"

Le temps de poser sa question, et Cong et Feng les avaient déjà rattrapés.
Ling la Vive
Malicieuse silencieuseavatarNombre de messages : 91
Âge : 22
Sexe : Féminin
Karma : 82
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Ven 5 Oct 2012 - 10:04

Un singe blanc !

Habillé comme un moine !

Et qui lui adresse la parole !

C’est bien trop pour Bou. Une bouffée d’adrénaline vient décupler sa réaction de peur. D’un mouvement incontrôlé et idiot tous les membres de son corps se mettent à bouger brutalement. Cette impulsion puissante donne à la lance qu’il tient mollement une accélération qui la conduit à s’élever au dessus de la tête du médiocre garde. Et dans une trajectoire parabolique, fruit de la conjonction de cette impulsion et de la gravité terrestre, elle redescend mu par une accélération constante et donc une vitesse croissante.

La pointe de cette lance entre en contact avec le bord du plateau à thé que porte la deuxième dame chargée de l’alimentation de Dame Chu Song qui force l’allure tout en s’efforçant de ne pas tomber pour rattraper le palanquin de sa Maitresse. Malgré les efforts désespérés de cette servante zélée le plateau fait levier et la théière s’envole dans une trajectoire similaire à celle de la lance quoique plus régulière compte tenu de la forme plus ramassée du projectile.
Arrivée au sommet de sa parabole, suite à un léger mouvement de rotation, elle perd son couvercle et c’est donc une bouilloire métallique et un merveilleux et presque bouillant thé au jasmin des montagnes qui redescendent vers les porteurs arrières du palanquin de Dame Chu Song.

Dans le même temps, mais ceci a moins d’importance, Bou le garde effrayé, réalise sans le vouloir un magnifique saut périlleux arrière et demi avec hurlement de terreur qui le conduit à s’affaler de tout son long face dans la boue du chemin.

A peine une fraction de seconde plus tard, le liquide parfumé au jasmin asperge quatrième et cinquième porteurs qui, ébouillantés, s’effondrent en hurlant, abandonnant instinctivement le port de la poutre sculptée et laquée qui soutient la nacelle du palanquin pour, bien inutilement, essayer de soulager en hurlant la douleur de la brulure à l’aide de leurs mains caleuses.
Sixième porteur aurait tout à fait été en mesure de soutenir la charge (les porteurs sont formés pour supporter une telle charge sans faillir) mais la bouilloire métallique, certes vide mais tout de même en fonte gravée de dragons volants, termine violemment sa course sur la tête du courageux porteur. Conscient de sa responsabilité l’homme ne lâche pas sa charge mais titube un instant et finit par poser un genou à terre pour s’équilibrer.

Ce geste déséquilibre immédiatement le palanquin. Le panneau droit entrouvert par Dame Chu Song s’agite et s’ouvre en grand. Dame Chu Song n’apparait cependant pas à la vue de tous car le cahot la projette à l’arrière de la nacelle au milieu des voiles, des coussins et des rideaux.

A l'avant, premier porteur est immédiatement conscient qu’il se passe quelque chose à l'arrière et ordonne immédiatement l’arrêt d'urgence.
Le palanquin s’immobilise. Ainsi que tout le convoi en arrière de celui-ci pendant que la partie avant du convoi commence à s’éloigner.

Dans un réflexe, quatrième dame, s’interpose sans vraiment comprendre, entre le palanquin et les créatures qui se trouvent à proximité.
Le garde qui était de l’autre côté réagit rapidement mais ne pouvant pas franchir le tas de porteurs , il crie pour appeler à la garde.

On sent bien que d’un peu partout dans le convoi des gens vont intervenir dans les instants qui viennent.
Chu Song
La Fleur de GivreavatarNombre de messages : 54
Âge : le personnage a 26 a
Sexe : le personn
Karma : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Ven 5 Oct 2012 - 18:41


Feng sentit son visage se décomposer au fur et à mesure de l’enchaînement de catastrophes et de maladresse qui suivit. Tout ça parce que Bai Wukong avait adressé la parole à un garde maladroit.
La bouche tordue et les yeux exorbités, Feng fixa la théière qui roulait dans la pente, incapable de reprendre une contenance. Cong lui donna un coup de tête dans l'épaule qui eu pour effet de dissoudre en une fumée bleutée le bout de son nez jusqu'aux naseaux.
La jeune femme reprit pied avec la réalité. L'intensité du ridicule de la situation faisait monter le rouge à ses joues.
Par télépathie, elle fit signe à Cong d'exprimer ses paroles. L'étalon s’exécuta pendant que son nez se reconstituait:

"C'était d'une profonde stupidité de faire ça Bai Wukong! Regarde moi ça! Je ne sais pas ce qui va se passer maintenant mais on risque de ne pas trouver ça drôle DU TOUT"

Ni Feng ni Cong ne réalisèrent que cela pouvait être encore plus effrayant pour les gens du convoi d'entendre un cheval immatériel gronder le singe.
Toujours est-t-il qu'une servante vins se placer entre les jeunes femmes et le palanquin.
Instinctivement, Feng posa la main sur son sabre.
Yuè Feng
Éclair d'AcieravatarNombre de messages : 13
Âge : 16 ans
Sexe : Féminin
Karma : 14
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Mar 16 Oct 2012 - 13:59

Ling était figée, les yeux exorbités et la bouche entrouverte. Pendant un instant de battement, elle ne sut plus du tout quoi faire. Il lui semblait que toute action n'entraînerait qu'une autre suite de catastrophes en chaîne. Elle envisagea même pendant un instant de s'enfuir le plus vite possible, mais son sens moral finit tout de même par l'en empêcher. Elle se tourna vers Bai Wukong pour lui demander de présenter ses excuses en leur nom à tous deux, mais il était tombé sur son postérieur, en se grattant la tête, l'air aussi ahuri qu'elle-même.

On dirait un vrai singe, pour le coup, ne put-elle s'empêcher de penser. Malheureusement, son compagnon l'entendit, et lui jeta un regard noir sans rien dire.

Entre temps, Cong et Feng étaient intervenus, et plusieurs membres du convoi se dirigeaient vers eux dans une position défensive. Comment leur faire comprendre que tout ceci n'était qu'une regrettable erreur ?

Ling retrouva enfin l'usage de son corps et fit un léger pas en avant qui fit frissonner la foule devant elle, avant de s'agenouiller et de courber l'échine en signe d'humilité. Elle espérait calmer ainsi les ardeurs des gardes qui arrivaient en trombe. Elle incita Bai Wukong à l'imiter, mais celui se contenta de se relever et de s'appuyer contre le dos de la jeune femme d'un air nonchalant. Il avait plutôt hâte de voir ce qui allait se passer.
Ling la Vive
Malicieuse silencieuseavatarNombre de messages : 91
Âge : 22
Sexe : Féminin
Karma : 82
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Mer 17 Oct 2012 - 16:29

Song se redresse. Elle s’agenouille et reprend un air digne.

Par le panneau droit complètement ouvert elle s’attarde sur le spectacle qui s’offre à ses yeux. A défaut de le comprendre elle conserve une allure noble et silencieuse.

Quatrième Dame des repas lui tourne le dos en écartant les bras comme pour la protéger. Sur la gauche un garde, le visage maculé de la boue des chemins, à genoux essaie de se redresser. Au-delà de Quatrième Dame, il y a une… - Song hésite à trouver une catégorie pour cette créature - ... une personne agenouillée le visage vers le sol en signe de respect. Plus étrange, un grand singe avec des vêtements s’installe sur le dos de cette personne. Tout proche, une jeune moine et un grand cheval. Un magnifique animal d’ailleurs… Mais presque transparent. Vraiment étrange.
Plus loin, des paysans apeurés. Certains s’agenouillent face contre sol.

Un garde, deux puis trois viennent s’interposer entre le palanquin et ces personnes. Chacun sa lance tendue vers la foule. Plus particulièrement vers ce moine devant le cheval translucide.

Un galop qui s’interrompt : Capitaine des gardes Mi loubaï tire sur les rênes de son grand poney qui s’immobilise. Ce dernier parait petit par rapport au cheval immatériel.
Plus loin des gardes avec des arbalètes cernent la scène.

Le regard du capitaine fixe la situation. Mi Loubaï parle de sa voix forte :
« Tout geste agressif sera immédiatement réprimé ! Ne tentez rien : vous le regretteriez !
Bou : où est ta lance ? Pourquoi ton uniforme est il ainsi souillé… Sergent ! Consignez le garde Bou au charriot, qu’il soit présentable quand j’entendrai son rapport. »


Il regarde autour de lui. Son regard s’attarde sur Song. Puis à l’arrière du palanquin.

« Intendant du Personnel : appelez médecins et chirurgiens pour la Dame et aussi pour les porteurs ! »
« Mais je n’ai rien » Pense Song silencieusement.

Le capitaine s’adresse maintenant aux moines et aux paysans : « A genoux ! A genoux devant la puissante Dame Chu Song, fille du Maître du Chaos ! »

Une voix forte le reprend : « de Tu ! fille du Maître du Chaos de Tu ! » C’est Kusi Mae : Première Suivante qui s'avance juste à côté du palanquin.

Song sourit intérieurement : Mi Loubaï, trouve toujours une certaine fierté à se désigner lui-même comme Capitaine des gardes du Maitre du Chaos. Surtout devant des paysans. Heureusement qu’il n’oserait pas devant qui que ce soit de la Cour… Kusi Mae a raison, il vaut mieux lever cette ambigüité.

Le capitaine un instant décontenancé reprend : « A genoux ! »


Dernière édition par Chu Song le Mar 23 Oct 2012 - 17:05, édité 1 fois (Raison : Erreur de background - j'avais oublié le côté immatériel du cheval du moine.)
Chu Song
La Fleur de GivreavatarNombre de messages : 54
Âge : le personnage a 26 a
Sexe : le personn
Karma : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Lun 29 Oct 2012 - 0:16


Feng jeta un regard fatigué à Ling, pliée en quatre. C'était bien la chose la plus sage qu'elle avait fait depuis dix bonnes minutes.
Cong lui marmonna d'enlever sa main de son sabre avant qu'on ne la prenne pour une terroriste quelconque. Il n'avait pas tord, la jeune femme laissa retomber son bras de long de son corps.
Elle balaya les alentours du regard. Un homme au galop sur un...poney? arriva et commença à donner des ordres autour de lui, sans se soucier du fait qu'il avait l'air d'un parfait imbécile sur sa petite monture.
Il cria ensuite à tout le monde de s'agenouiller devant Chu Song fille d'un quelconque seigneur divers. Cong s'exclama, résumant sa pensée en même temps que celle de Feng:

"A GENOUX? Et puis quoi encore?"

La jeune femme réalisa que ce n'était pas très prudent de faire ce genre d'insolences. Elle décida d'assumer et se redressa de toute sa taille en défiant l'homme et son poney du regard, les mains sur les hanches.

"Nous ne nous inclinerons pas devant une femme qui se cache derrière un homme qui montre un poney pour commander."
Yuè Feng
Éclair d'AcieravatarNombre de messages : 13
Âge : 16 ans
Sexe : Féminin
Karma : 14
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Lun 29 Oct 2012 - 12:47

D'abord effrayée par l'annonce du garde, puis surprise quand la suivante l'eut complétée et corrigée, Ling se risqua à lever les yeux. La scène était rocambolesque : juché sur une monture courtaude, le garde (ou plus probablement : le chef de la garde) beuglait face à Feng et Cong, lequel paraissait encore plus élancé et magnifique que d'habitude. Le poney ne souffrait pas la comparaison, loin de là.

Bai Wukong se redressa toutefois lorsque Feng s'opposa au chef des gardes. Ling et lui partageaient à cet instant la même inquiétude. L'homme semblait excessif dans ses réactions, et face à l'insolence de Feng, il risquait peut-être de vouloir lui faire du mal. Ling savait pertinemment que l'ex-soeur n'aurait aucun mal à se défendre, mais les gardes étaient très nombreux, et se tirer de ce pétrin serait délicat pour tout le monde.

"PAIX !" hurla Bai Wukong en s'interposant entre le poney et le cheval éthéré.

"Garde, ce n'est qu'un malentendu. Tout ceci n'est qu'un regrettable accident. Je suggère que nous en restions là, et que chacun reprenne sa route. Vous ne voudriez tout de même pas faire de mal à deux pauvres soeurs de Yue, n'est-ce pas ? Ça ne serait pas très bon pour votre karma, ça, hmm ?"

Ling soupira. Bai Wukong ne pouvait pas s'empêcher de faire de la provocation. On ne risquait pas de s'en sortir de cette manière...
Ling la Vive
Malicieuse silencieuseavatarNombre de messages : 91
Âge : 22
Sexe : Féminin
Karma : 82
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Mer 31 Oct 2012 - 12:01

Première Suivante et Quatrième Dame des repas s’inclinent bas devant Chu Song. Des questions et des réponses sont échangées à voix basse entre elles trois.

Le capitaine Mi Loubai demeure un instant interdit par tant d’impudence et d’effronterie, par ce singe habillé et parlant.
Alpage Ensoleillé, son grand poney lève haut son encolure comme pour répondre aux affronts dont il sens qu'il vient d’être l’objet. Il se souvient du temps où il était chef de horde dans les montagnes du Chaos de Tu et combien il a fallu de patience et de détermination à Mi Loubai pour le soumettre. Il sait qu’il est le meilleur pour franchir les cols enneigés que ce grand échalas de cheval transparent ne saurait traverser sans sombrer dans les gouffres sans fonds où roulent de tumultueux torrents. Il sait qu’il ne reculera jamais dans la bataille.

Comme rassuré par l’attitude de sa monture, par l’arrivée des derniers gardes autour de ces agresseurs potentiels et aussi par le retrait de la main de cette moinesse sur son arme. Mi Loubai reprend : «Ce convoi est attendu par l’Empereur. En vous opposant à son passage, c’est à la volonté de l’Empereur que vous mettez en péril. Alors, je vous le répète… »

Mais il s’interrompt : Première suivante s’avance et se place entre Alpage Ensoleillé et Bai Wukong. « Tout danger immédiat semble être écarté et Dame Song souhaite s’entretenir avec ces sœurs de Yue et leurs esprits animaux. »

Elle marque une pause et tourne son regard dans celui du capitaine qui allait protester de la sécurité insuffisante. Elle reprend :
« Les étrangers au cortège vont s’éloigner de cinquante pas à la fois pour garantir la sécurité et pour permettre l’élévation d’une tente dans laquelle le thé pourra être servi à la Très Grande Dame Song avec un minimum de confort. Que le temps de cette pause soit mis à profit pour résoudre les problèmes techniques qui ont immobilisé le palanquin. »

Elle tourne maintenant son regard vers les deux sœurs et leur esprit animal.
« Votre présence à cette cérémonie du thé serait un agrément pour la fille du Seigneur de Tu, proche et appréciée de l’Empereur, que les Dieux Lui accordent encore dix mille ans de prospérité.
Cependant, vous comprendrez, en tant que fidèles du temple de Yue qui encourage l’harmonie et l’ordre du monde, que cet immense honneur ne peut se réaliser que dans le respect de l’ordre naturel. Il est impossible à Très Grande Dame Song de rencontrer des personnes de votre rang si ces derniers ne lui marque pas le respect qui lui est naturellement du.
Tout comme Très Grande Dame Song s’incline front contre sol, neuf fois de suite, devant l’Empereur pour marquer son respect, vous devrez le faire, une fois, devant Dame Song. A défaut seules les créatures non humaines qui ne sont pas liées par des règles d’étiquettes et de position sociale pourront être reçues. »


La pluie a cessé. Un voile translucide a été tendu dans l’ouverture du palanquin. Un regard incisif traverse ce voile pour se poser sur les sœurs du Yue et leurs esprits animaux.

Déjà des serviteurs montent une grande tente, des tapis épais, des meubles sculptés et des bibelots fins sont apprêtés pour la décorer.
Chu Song
La Fleur de GivreavatarNombre de messages : 54
Âge : le personnage a 26 a
Sexe : le personn
Karma : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Lun 5 Nov 2012 - 21:31


Feng sentait doucement un certain énervement au fur et à mesure que la boniche de la noble dame faisait son annonce. Tout ce bla-bla cérémonieux ne valait pas mieux que les ordres secs de l'homme au poney.
Un tic nerveux agita la paupière de la jeune femme. Elle qui n'avait jamais accepté d'ordres d'une autre personne que ses supérieures du monastère était dégoutée de devoir s'agenouiller devant des inconnus.
Feng grinça fortement des dents et au prix d'énormes efforts sur sa fierté, elle ploya le genou et courba le dos, laissant tout un tas de parties vulnérables à la portée du premier qui voudrait la frapper. Pourquoi cette femme ne donnait-t-elle pas ses ordres elle même? Etait-t-elle muette, ou avait-t-elle fait voeu de silence?Dans tout les cas, la situation irritait profondément Feng, après un coup pareil, elle serait de mauvaise humeur pendant plusieurs jours.

"Je ne sais pas si vous mesurez bien l'effort que ça lui a demandé."fit Cong de manière sonore, un rire dans la voix.
*Toi même tu n'y arrive pas bien, Cong.*
*J'ai surtout énormément de chance de ne pas être soumis à vos lois.*

Feng leva les yeux, sans lever la tête, jetant un regard insolent aux alentours. Voilà, elle s'était inclinée. Pouvait-t-elle se relever à présent? La boue salissait son pantalon assez désagréable, et si elle était en plus censée se rentre à une cérémonie du thé après, cela l'énerverait légèrement d'y aller toute crottée.
Yuè Feng
Éclair d'AcieravatarNombre de messages : 13
Âge : 16 ans
Sexe : Féminin
Karma : 14
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route Ven 16 Nov 2012 - 0:31


De nombreux serviteurs s’affairent à monter une tente. C’est un assemblage de sept yourtes : une au centre et six autres toutes autour, formant comme une marguerite.

L’une d’entre elle dispose d'une entrée d'honneur, un garde de chaque côté. A l’intérieur de cet espace, les invités peuvent trouver le nécessaire pour se sécher et pour réajuster leur présentation. Sur des tables des aiguières emplies d’eaux parfumées. Quelques cintres sont suspendus portant des kimonos et des robes simples. Des serviteurs se tiennent à proximité pour assister qui voudrait changer de tenue.

A partir de cette antichambre, une entrée donne sur la yourte centrale. De grandes tapisseries décorent les murs, d’épais tapis couvrent le sol. Des meubles en bois laqués ont été disposés avec harmonie sur lesquels on trouvent de bibelots en jade, en nacre, en porcelaine laquée et autre matériaux luxueux.

Trois espaces sont marqués dans cette tente formant un triangle équilatéral. Au sommet le plus éloigné de ce triangle, sur une estrade de deux marches, une petite table en ébénisterie particulièrement fine et raffinée derrière cette table, un fauteuil précieux mais cependant donnant par sa forme un sentiment d’austérité et de raideur.
Au pied de l’estrade se trouvent deux gardes sans armes, bras croisés. Tout autour de la pièce, plusieurs serviteurs et servantes.

La seconde et la troisième pointes du triangle délimitent le côté du triangle le plus proche de l’accès à l’antichambre. A l’emplacement de la seconde pointe, il y a une grande table ovale en bois précieux autour de laquelle se trouve quatre chaises. Trois d’entre elles sont positionnées comme pour inviter à s’assoir. Derrière la quatrième chaise se tient, debout et droit comme la justice, Première Suivante.

A l’emplacement de la troisième pointe du triangle : il n’y a rien, juste comme partout ailleurs d’épais tapis en fils de soie. Un emplacement vide pour inviter des créatures qui n’ont pas besoin de sièges ou de tables à s’installer.

Dès que quelqu’un entrera dans cet espace, Première Suivante proposera avec le plus de chaleur dont elle est capable de s’installer confortablement et enverra un serviteur prévenir sa maîtresse que ses invités sont arrivés.
Chu Song
La Fleur de GivreavatarNombre de messages : 54
Âge : le personnage a 26 a
Sexe : le personn
Karma : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la route

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

Sur la route

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shèng Huì :: | L'Empire de Sheng Hui :: Plaines de Kong | :: • Versant •-
Sauter vers: